Ne laissez pas le destin décider de votre avenir
Créez, développez et protégez votre patrimoine

Pourquoi ne pas investir dans le bois ?

Accueil SB2F > Investissement immobilier en entreprise > Pourquoi ne pas investir dans le bois ?
04
Mai
2015

Original et sécurisant, l’investissement via un groupement forestier est un excellent outil de diversification et de transmission du patrimoine. L’investissement en forêt est comparable à des investissements dans la pierre, ce sont des valeurs refuges qui sont moins sensibles aux secousses économiques. Elles doivent toutefois s’appréhender sur le long terme.

L’investissement dans le secteur forestier consiste à acquérir des terrains boisés ou à boiser pour créer une unité de gestion de 5 hectares minimum. Ce type d’investissement peut également se faire par la souscription de parts de groupements forestiers ou de société d’épargne forestière qui gèrent les biens conformément au plan de gestion agréé pour une durée de 15 ans minimum.

Il offre également un triple avantage fiscal : en matière Impôt sur le Revenu, en matière d’ISF, et de droits de transmission ce qui en fait un produit particulièrement attractif en termes de défiscalisation.

de-la-foret-au-groupement-forestier

Qu’est ce qu’un Groupement Forestier ?

Les Groupements Forestiers sont des sociétés civiles dont le fonctionnement est similaire à celui des SCI. Les décisions sont prises par les associés selon des règles de majorité précisées dans les statuts. Les investissements et distributions éventuelles sont réalisés en fonction du nombre de parts détenues par chacun.

Le groupement forestier est par nature préservé de la volatilité des marchés financiers car il s’appuie sur deux actifs peu risqués : le foncier et le stock de bois sur pieds. C’est un placement rentable sur le long terme, qui contribue à préserver l’environnement et qui peut donc être classé dans la catégorie des investissements éthiques et responsables.

Une réglementation ancienne 

La première réglementation date de 1219 et a été mise en place par Philippe Auguste sur la vente de coupes de forêts royales. L’objectif était alors de préserver les plus beaux arbres des futaies au roi pour la construction des mâts de navires.

En 1824, l’école forestière de Nancy a été créée, mais ce n’est qu’en 1954 que les groupements forestiers apparaissent et en 1959 que les avantages fiscaux ne soient mis en place. L’idée est que la pousse d’une forêt sur un sol vierge ne peut se réaliser que sur plusieurs générations, la transmission doit donc être exonérée à 75% afin que le rendement ne soit pas négatif pour la génération qui plante la forêt, et que seule une génération sur 4, celle qui récolte, soit finalement soumise aux droits de mutation.

La place de la forêt dans le monde

La forêt représente environ 30 % de la surface de notre planète, elle est encore aujourd’hui l’une des principales ressources. La production mondiale annuelle  sylvicole est d’environ 3,4 milliards de mètres cubes de bois récoltés. L’Europe quant à elle représente environ 5% de la couverture forestière dans le monde, et la seconde place du marché bois en chiffre d’affaires.

Quels sont les avantages d’un tel investissement ?

 Le Groupement Foncier Forestier reste un placement attractif en 2015 et cela pour plusieurs raisons :

  • C’est avant tout une valeur « refuge », hors crises financière et immobilière,
  • C’est un placement « palpable » dans diverses forêts françaises,
  • Il offre une réduction de l’impôt sur le revenu : la réduction d’impôts obtenue via la souscription de Groupements Forestiers est de 18% du prix d’acquisition limité à 2.052 € par an de réduction d’impôts pour un couple et à 1.026 € pour un célibataire (soit un plafond de respectivement 11.400 € et 5.700 € de souscription),
  • Il a un impact sur l’ISF : les parts de Groupement Forestier peuvent  également bénéficier d’une exonération d’ISF de 75% des sommes investies à condition de faire l’objet d’un engagement de gestion durable (à noter que l’exonération d’ISF des Groupements Forestiers est cumulable avec l’exonération TEPA « Pacte Dutreil »),
  • Et il a un impact sur les droits de succession : les parts de Groupement Forestier sont exonérées de droit de succession et de donation à hauteur de 75% à condition de les détenir depuis plus de 2 ans et d’être dans le cadre d’un engagement de gestion durable. Par ailleurs il est admis que les parts de GFF ouvrent droit à une décote pouvant aller jusqu’à 30% de leur valeur pour l’ISF et les droits de succession en raison de la présence d’investisseurs au capital sans lien de famille entre eux.
  • Enfin, il y a une participation à la conservation et à l’exploitation intelligente du patrimoine forestier français.

Le rendement des Groupements Forestier

L’investisseur qui se porte acquéreur de parts de GFF bénéficiera d’un rendement annuel qui est constitué de deux principales sources de revenu : l’exploitation du bois provenant de la forêt investie, et les droits de chasse et de pêche réglés par les utilisateurs de la forêt. En général se rendement se situe aux alentours de 2% à 3% et est complètement exonéré d’impôt sur le revenu et de CSG/CRDS. En effet, le groupement est soumis à une taxe libératoire de l’impôt de 15 € par hectare que l’on appelle forfait cadastral.

A propos de l'auteur

velit, accumsan venenatis tempus quis Sed mattis diam non ipsum eleifend